Gamification & Storytelling, histoire des jeux communicants 2/5

1 Vote

Avec le précédent billet, nous avons commencé un aperçu de l »histoire des jeux communicants avec la légende du jeu d »échecs, premier serious game.

Poursuivons avec deux autres époques. Pas avec un usage ludique direct, mais avec un premier fait qui montre la force de l »image du jeu – ici de nouveau les échecs – dans le storytelling, et un second qui préfigure les théories du fun.

Le jeu comme analogie au bas Moyen Âge

Au XIVe, le dominicain Jacques de Cessoles prêche en prenant Pour conclure, j'ai effectue la loterie pour n'importe quelle grande partie de mon existence et je serai toujours la chasse pour une blackjack strategie pour trouver un avantage dans l'ensemble du jeu et gagner un peu d'argent. comme support le jeu d’échecs. Ses sermons ont un tel succès qu’il en publie le florilège sous le titre Liber de moribus hominum et officiis nobilium sive super ludum scacchorum, en Français Les échecs moralisés. Le livre est un succès, qui connait seize éditions dans cinq langues et donne lieu à de nombreuses œuvres dérivées comme Le jeu des échecs moralisés de Guillaume de Saint-André.

L »esprit ludique à la Renaissance

Serio ludere : jouer sérieusement ! Au XVe siècle, avec ce mot d’ordre, des néo-platoniciens de la Renaissance revendiquent l’usage de la facétie et de la farce pour traiter de sujets sérieux. Des écrivains comme Rabelais, Érasme ou Thomas More sont des figures représentatives de ce mouvement. Pas d’utilisation du jeu dans leurs pratiques, mais leur approche est un marqueur philosophique de la gamification. Ils démontrent sans conteste la puissance du divertissement comme instrument d’influence.

A suivre…

Cette entrée a été publiée dans gamification, avec comme mot(s)-clef(s) . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Signaler un abus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>